Cérémonie commémorative le 19 mars 2022


Ce 19 mars 2022 marque une étape importante de la transmission mémorielle. Il y a 60 ans, le cessez-le-feu était proclamé en Algérie au lendemain de la signature des accords d’Evian. Accueilli avec soulagement, cet accord mis fin officiellement aux opérations militaires et à la lutte armée sur l’ensemble du territoire algérien.


Après huit années d'une guerre douloureuse, un nouvel avenir s’ouvrait aux peuples français et algérien. Nous n’oublions pas pour autant que si le cessez-le-feu était une promesse de paix, les mois qui l’ont suivi, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962, ont été marqués par des violences et des drames tragiques qui ont continué d’endeuiller les deux rives de la méditerranée.


En ce 19 mars, nous commémorons la mémoire de l’ensemble des victimes de ce conflit dont une partie figure sur nos différents monuments aux morts, nous rappelant ainsi qu’il ne peut et ne doit pas y’avoir d’oubli.

Je pense à ceux qui se sont battus pour l’indépendance de l’Algérie, je pense aux pieds-noirs, à ceux qui ont dû quitter leur terre en faisant le douloureux « choix de la valise, plutôt que du cercueil ».


Je pense à ces hommes qui ont été envoyés du jour au lendemain dans un combat qu’ils n’avaient pas choisi. A ces plus de 1,5 millions de jeunes appelés issus de toutes les strates de la société. Pas une famille qui ne compte aujourd’hui un parent envoyé en Algérie avec les douleurs et traumatismes que cela implique.


Je pense aussi aux harkis qui « ont été, ont toujours été et sont des Français, par le sang versé, les combats choisis et leur naissance, à chaque fois ». Ce sont les mots forts du Président Emmanuel Macron prononcés le 20 septembre dernier à la mémoire des Harkis. A ces combattants nous leurs sommes aussi reconnaissants.


Aujourd'hui, nous nous souvenons également des civils, de toutes origines et de toutes confessions, victimes des violences, des exactions et des attentats.


Face à une guerre qui n’a longtemps pas dit son nom et parce qu’ils sont nombreux à s’être tus pendant des années, des dizaines d’années voire se taisent encore ; il est plus que jamais de notre humble responsabilité que de faire vivre le devoir de mémoire et la transmission entre les générations.

Face à cette histoire douloureuse, nous savons que des divisions persistent et qu’il nous reste encore, collectivement, beaucoup à faire sur le chemin de la réconciliation. Construire des passerelles plutôt qu’entretenir une guerre des mémoires qui continuerait de diviser, regarder le passé en face avec responsabilité, voilà ce chemin que nous devons poursuivre.


Vive la République ! Vive la France ! "

Présente à Ville de Boissise le Roi - Orgenoy Officiel , Ville de Melun pour le cérémonie commémorative du 19 mars et à Livry-sur-Seine pour l’inauguration de la stèle en l’honneur des anciens combattants d’Algérie.


En compagnie de Lionel Beffre, Préfet de Seine-et-Marne, des élus départementaux, des maires de la circonscription, des élus locaux, des autorités militaires et des associations d'anciens combattants.


#seineetmarne #dansle77 #ceremonie #commemoration #19mars

0 views0 comments

Recent Posts

See All